image Chômage pour indépendant auto-entrepreneur
Publié le : 
4/14/2020
Modifié le : 

Chômage pour indépendant auto-entrepreneur

En tant qu’auto-entrepreneur, tu ne cotises pas pour les allocations chômage de Pôle Emploi, donc tu n'acquières aucuns droits au chômage en exerçant ton activité. Mais rassure-toi, cet article ne s’arrête pas là ! Il existe tout de même différentes aides dont les auto-entrepreneurs peuvent bénéficier. Tu peux par exemple être au chômage, décider de créer ton entreprise et conserver tes allocations. Oui, il est possible de cumuler les indemnités chômage et les revenus de ta micro-entreprise ! Chômage et auto-entrepreneur, Freebe fait le point sur tes droits et les différentes options dont tu disposes.


Au sommaire :

  1. Le droit au chômage des auto-entrepreneurs et indépendants
  2. Le cumul allocations chômage & revenus d’auto-entrepreneur
  3. La démission pour création d’entreprise (ou micro-entreprise) avec indemnisation chômage


1- Le droit au chômage des auto-entrepreneurs et indépendants

Bien qu’ils ne cotisent pas à l’assurance-chômage, il existe une allocation spécifique versée par Pôle Emploi pour les indépendants qui cessent leurs activités. En effet, depuis le 1er novembre 2019, dans le cadre de l’application de la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel, les travailleurs indépendants qui ont involontairement et définitivement perdu leur activité peuvent bénéficier de l’allocation des travailleurs indépendants (ATI).


Pour percevoir cette allocation, il faut respecter un ensemble de conditions :

  • Peuvent bénéficier de l’ATI, les artisans, les industriels, les commerçants et les professions libérales hors activités réglementées.
  • Le demandeur doit avoir exercé son activité non-salarié sans interruption, au titre d’une seule et même entreprise, depuis au moins 2 ans précédant la date de cessation d’activité.
  • Cette activité non salariée doit avoir généré au moins 10 000 € par an sur les 2 ans précédant la cessation d’activité.
  • Les ressources perçues par le demandeur (autres que les revenus liés à son activité) ne doivent pas dépasser le montant mensuel du RSA.
  • L’entreprise doit avoir fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire ou d’un jugement d’ouverture de liquidation judiciaire.
  • Le demandeur doit être inscrit à Pôle Emploi et en recherche active d’un emploi.


Quels que soient vos revenus antérieurs, cette allocation sera de 800 € par mois et sera versée pour une durée de 6 mois maximum.


Bon, on ne va pas te mentir, ça reste compliqué pour un auto-entrepreneur de remplir ses strictes conditions, car ça implique de passer par une procédure de redressement ou liquidation judiciaire et donc d’aller devant un tribunal de commerce. Les auto-entrepreneurs ont la possibilité de faire cette démarche, mais c’est une procédure qui demande du temps et de l’argent. En conclusion : pas impossible, mais complexe.

2- Le cumul allocations chômage & revenus d’auto-entrepreneur

Deux cas de figures te permettent de cumuler des allocations chômage avec les revenus de ton activité d’auto-entrepreneur : 

  • tu es au déjà chômage et tu décides de créer ta micro-entreprise ;
  • tu étais à la fois salarié et auto-entrepreneur et tu viens de perdre ton emploi salarié.


Avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous semble important de faire une parenthèse sur le vocabulaire parfois complexe de Pôle Emploi. Tu verras, ça ira tout de suite mieux après !

ARE, ARCE, ACRE… de quoi on parle ?


Si le sujet de cet article t’intéresse, tu as peut-être déjà vu passer ces 3 sigles. On est tous d’accord pour dire que des termes aussi proches portent vraiment à confusion, non ?! Autant éclaircir tout ça dès maintenant :


ARE = Aide au Retour à l’Emploi. Il s’agit des allocations chômage auxquelles tu as le droit lorsque tu as cotisé au chômage en tant que salarié.


ARCE = Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise. C’est une aide à laquelle tu as le droit si tu peux bénéficier de l’ARE. Attention, tu ne peux pas cumuler ARCE et ARE, il te faudra choisir. L’ARCE est une aide spécifique, destinée aux créateurs ou repreneurs d’entreprise qui optent pour le versement d’un capital en deux fois. Au lieu de bénéficier du versement mensuel de tes allocations chômage, tu peux choisir de percevoir 45 % du montant total de ton ARE en deux versements. La première moitié est versée au moment de la création de ton entreprise et les 50 % restant 6 mois plus tard, sous réserve que ton entreprise soit toujours en activité. C’est une option intéressante pour ceux qui ont besoin de trésorerie à la création de leur entreprise (investissement dans du matériel, apport pour une demande de prêt bancaire, etc.).


ACRE = Aide aux Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise. Il s’agit d’une exonération des charges. Les demandeurs d’emploi auto-entrepreneurs peuvent bénéficier d’une exonération de 50 % pendant un an. Pour tout savoir sur l’ACRE, qui a récemment été réformée, n’hésite pas à lire notre article.

La parenthèse est terminée, reprenons !

Être au chômage et auto-entrepreneur, c’est possible !

Suite à une rupture conventionnelle, un licenciement ou encore une démission pour motif légitime, tu es au chômage ? Cette transition professionnelle est peut-être l’occasion pour toi de réfléchir à un projet d’entreprise ou de créer enfin cette activité d’auto-entrepreneur à laquelle tu penses depuis un moment déjà. La bonne nouvelle, c’est que tu peux continuer à être indemnisé par Pôle Emploi pendant cette période de création de ta micro-entreprise et commencer à percevoir tes premiers revenus d’auto-entrepreneur. Pour inciter les chômeurs à reprendre un emploi, même moins bien rémunéré que le précédent, Pôle Emploi offre la possibilité de cumuler les revenus provenant d’une activité professionnelle avec les allocations de chômage. C’est ce qu’on appelle l’aide incitative à la reprise d’un emploi. Et c’est un vrai coup de pouce lorsque qu’on décide de se lancer dans l’auto-entreprenariat !

Quelles sont les conditions pour pouvoir cumuler chômage et revenus de ta micro-entreprise ?

Il faut :

  • avoir le droit à l’allocation chômage (voire les conditions pour bénéficier de l’ARE) ;
  • rester inscrit à Pôle Emploi et actualiser ta situation chaque mois ;
  • déclarer chaque mois tes revenus d’auto-entrepreneur à Pôle Emploi ;
  • que le cumul de tes revenus et de l’ARE ne dépasse pas le montant mensuel de ton salaire de référence qui est calculé sur la base des revenus que tu as perçus au cours des douze derniers mois.


Le montant de ton ARE mensuel va dépendre de tes revenus d’auto-entrepreneur.

Si tu ne touches aucun revenu au titre de ton activité non salariée, tu percevras la totalité de ton ARE. Ensuite, plus tes revenus augmentent, plus le montant de ton ARE diminue.


Astuce : au moment de la création de ta micro-entreprise, tu peux choisir de déclarer chaque mois ou chaque trimestre ton chiffre d’affaires à l’URSSAF. Pour simplifier tes démarches auprès de Pôle Emploi, nous te conseillons d’opter pour une déclaration mensuelle, car tu devras transmettre l’attestation de déclaration de revenus à Pôle Emploi tous les mois, au moment de ton actualisation.

Comment se calcule l’aide incitative à la reprise d’un emploi ?

Pour pouvoir bénéficier de l’aide incitative à la reprise d’un emploi, c’est à dire pouvoir cumuler les allocations chômage et les revenus de ton activité non salariée, il faut que ces revenu ne dépassent pas un certain seuil. Les règles du cumul des allocations chômage avec les revenus de ton activité d’auto-entrepreneur sont les mêmes que s’il s’agissait d’une activité salariée, seules les modalités de cumul sont adaptées. 

Parfois, une vidéo vaut mieux qu’un long discours, non ? On te laisse regarder cette explication claire de l’Unédic et on se retrouve juste après.


Les règles de cumul pour le calcul du nombre de jours indemnisables chaque mois ont été adaptées aux micro-entrepreneurs. Attention accroche-toi, ce nombre de jours se calcule comme suit :


Ton nombre de jours indemnisables chaque mois = [Montant de l’ARE mensuel - [(CA - abattement pour frais professionnels) x 0,70]] ÷ ton allocation journalière 


Rappel : tu ne peux pas bénéficier du cumul de ton ARE avec les revenus générés par ta micro-entreprise si tu bénéficies déjà de l’ARCE.


Être au chômage lorsqu’on est déjà auto-entrepreneur, c’est possible aussi !


Tu étais à la fois salarié et auto-entrepreneur et, suite à un licenciement ou une rupture conventionnelle par exemple, ton contrat vient de prendre fin ? Si ta micro-entreprise a été créée avant de ne plus être salarié et que tu n’as pas démissionné, ton activité est considérée comme une “activité conservée”. Dès lors, tu peux cumuler tes allocations chômage avec les revenus de ton activité non-salarié. En d’autres termes, ton ARE est intégralement cumulable avec tes revenus d’auto-entrepreneur, quel que soit le montant de ces revenus. 


Pour que ton activité soit bien considérée comme conservée, il faut :

  • Que les deux activités aient été exercées en concomitance. Ton entreprise doit donc avoir été créée au moins un mois plein avant la fin de ton contrat salarié ;
  • Qu’il y ait un cumul effectif de revenus des deux activités avant la rupture effective de ton contrat.


3- La démission pour création d’entreprise (ou micro-entreprise) avec indemnisation chômage


Sauf exception, la démission est un départ volontaire de l’entreprise et ne donne pas le droit au chômage. Cependant, depuis le 1er novembre 2019, les salariés démissionnaires qui poursuivent un projet de reconversion professionnelle, peuvent avoir le droit au chômage. Pour bénéficier de ce nouveau dispositif, il faut :

  • avoir exercé une activité salariée continue de 5 ans (dans une ou plusieurs entreprises) ;
  • Avoir un projet de création d’entreprise ou de reconversion professionnelle nécessitant une formation. 


Avant de démissionner, tu dois solliciter un Conseil en évolution professionnelle (CEP) pour élaborer ton projet et le transmettre à la Commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR). Après examen de ton dossier, la CPIR te remettra un document attestant du caractère fiable et sérieux de ton projet. Tu auras alors 6 mois pour démissionner, t’inscrire comme demandeur d’emploi et lancer ta nouvelle activité.


Chômage et auto-entrepreneur, un sujet complexe, mais qui ne devrait désormais plus avoir de secret pour toi. Freebe est un outil de gestion administrative qui prend en compte toutes ces situations particulières pour te faire gagner du temps. Eh oui, notre outil a été conçu pour te simplifier la vie ! 


Thème :
Les articles du même theme :
F.A.Q Freelance - Résumé de l'article

🏆 Les auto-entrepreneurs ont-ils le droit au chômage s’ils cessent leur activité ?

Bien qu’ils ne cotisent pas à l’assurance-chômage, il existe une allocation spécifique versée par Pôle Emploi pour les indépendants qui cessent leurs activités.

🏖 Allocations Chômage si je crée une micro-entreprise ?

Pour percevoir cette allocation, il faut respecter un ensemble de conditions

🙋🏻‍♂️ Qu'est-ce que l'ARE ?

ARE = Aide au Retour à l’Emploi. Il s’agit des allocations chômage auxquelles tu as le droit lorsque tu as cotisé au chômage en tant que salarié.

Découvre Freebe.me, l'assistant personnel des freelances
Découvre Freebe.me