image [Interview Freelance] Axel Paris, entrepreneur et youtubeur
Publié le : 
9/17/2020

[Interview Freelance] Axel Paris, entrepreneur et youtubeur

Aujourd’hui, on t’emmène faire la rencontre d’Axel Paris, un jeune entrepreneur de 21 ans qui cumule études en alternance, formations, investissements, création de contenus sur Youtube et freelancing.

Hello Axel ! Pour commencer, peux-tu nous expliquer ce que tu fais dans la vie ?

Actuellement, je fais tout d’abord de la formation en ligne. Depuis 2 ans, je suis formateur sur une plateforme qui s’appelle Udemy. Avant, j’essayais de vendre mes formations par moi-même sur d’autres sites, mais il fallait amener mon propre trafic dessus, comme des abonnés ou des visiteurs de mon site web, et c’est plus difficile.
Aujourd’hui, on découvre mes formations directement sur la plateforme, et comme je suis sur des thématiques très techniques et demandées (le webdesign, l’expérience utilisateur, le développement web, apprendre à utiliser des logiciels, etc.) pour des débutants, ça fonctionne plutôt très bien.

Je suis aussi freelance, bien que je ne recherche pas de nouvelles missions en ce moment. Certains freelances de mon entourage me confient la partie technique de leurs projets web. Donc je ne fais aucune prospection, c’est mon réseau qui m’apporte des missions en freelance ou des contrats de maintenance sur des sites web. Je fais aussi de l’affiliation à travers des contenus vidéos sur ma chaîne Youtube, principalement avec Shine. Et sinon, je suis toujours étudiant en alternance.

D’où vient ton envie d’entreprendre ?

Je dirais que ça me vient de mes vidéos Youtube que j’ai commencées en 2013. Je parlais de sujets divers, par exemple des tutoriels sur des logiciels comme Photoshop ou After Effects. Ensuite, j’ai abordé plein d’autres sujets, et au fur et à mesure, j’ai découvert le monde de la formation en ligne et le fait de pouvoir vendre son savoir-faire et ses compétences.

J’étais intéressé par le fait de créer du passif en proposant des formations qui marchent sur le long terme. Au contraire du freelancing qui demande beaucoup de temps au quotidien, ça me permet de développer mes autres activités.

Tu as aussi une chaîne Youtube, tu peux nous en dire plus ?

Sur ma chaîne principale, je n’ai pas de direction précise dans laquelle j’ai envie d’aller. J’ai traité plein de sujets comme les effets spéciaux, les jeux vidéo ou le développement personnel. Et en ce moment, je reviens pas mal sur la micro-entreprise, l’investissement, l’entrepreneuriat, etc. Et je pense continuer dans ce sens. J’ai vraiment envie d’avoir une chaîne Youtube à mon nom, qui me ressemble et qui ressemble à ce que j’ai envie de faire.

Et j’ai créé une autre chaîne Youtube dédiée au webdesign où je ne fais que des contenus spécifiques à ce sujet qui correspondent davantage à un autre type d’audience.

Peux-tu nous donner ton secret pour t’organiser au quotidien et être au top sur tous les fronts ?

On me pose souvent cette question ! Au final, je n’ai pas vraiment de secret, ça fait déjà quelques années que je fais tout ça et je me rends compte que c’est avec le temps que ça se construit. Ce n’est pas en un mois que j’aurai pu développer toutes ces activités, mais petit à petit sur le long terme.

Il y a un youtubeur américain (Sean Cannell de la chaîne Think Media) qui utilise une expression que je pourrais appliquer dans tous les domaines, il dit que « Youtube, c’est pas un sprint, c’est un marathon ». Et je pense que c’est valable pour tout dans l’entrepreneuriat.

Est-ce que tu comptes devenir freelance à temps plein après tes études ?

Je préférerais plutôt débuter avec un contrat de travail à ma sortie d’études, pour pouvoir réaliser des investissements immobiliers, ce qui me parait plus facile en tant que salarié. Ensuite, j’aimerais être 100% indépendant pour continuer d’investir du temps dans des contenus et des formations, développer plus de revenus passifs, et pourquoi pas avec une partie formation en présentiel.

Est-ce que ton jeune âge t’a parfois bloqué vis-à-vis des clients ?

Par rapport à mes clients ou à mon réseau, je dirais que ça n’a jamais été un problème. Et parfois, c’est même plutôt un avantage, car les gens sont souvent impressionnés par mon âge et mes activités professionnelles. Généralement, on me perçoit comme quelqu’un d’ambitieux, donc je pense que c’est plutôt positif. Mais je n’ai jamais ressenti de remise en question de mon expérience ou de mes compétences.

Lors de mes débuts en tant que freelance, j’avais surtout peur de facturer trop cher, et j’avais tendance à me sous-évaluer. Je n’avais pas compris certaines choses sur la facturation en freelance, et aujourd’hui je sais évaluer le temps que je passe sur une mission client et ma valeur ajoutée.

Que conseillerais-tu à ceux qui débutent dans le freelancing ou qui souhaitent se lancer très jeune comme toi ?

Déjà, je leur conseillerais de ne jamais sous-estimer la quantité de travail sur une mission lorsqu’ils font leur facturation. Je conseillerais même de surévaluer ses tarifs, ce qui laisse au client une marge de négociation, et au pire, ils retomberont sur leurs tarifs normaux.

Et quant au syndrome de l’imposteur qu’on peut ressentir au début, je pense que plus on va faire de contrats et de missions, plus on va gagner en expérience et se sentir à l’aise. Se déclarer, avoir ses premiers clients, ce n’est pas si impressionnant que ça et ça devient facile au bout d’un moment.

Selon moi, il ne faut pas perdre du temps à trop réfléchir sur tout ce qui pourrait arriver, et ne pas avoir peur de se lancer. Toutes les erreurs peuvent être corrigées avec l’expérience des premières missions, pour devenir meilleur au fil du temps.

Depuis quand utilises-tu Freebe et qu’est-ce que l’outil t’apporte au quotidien ?

J’utilise Freebe depuis le début d’année, donc depuis 7 ou 8 mois. Ce que ça m’apporte, c’est une vue globale de mon chiffre d’affaires et de la santé de ma micro-entreprise. J’aime beaucoup aussi le regroupement par client : pouvoir voir ce que me rapporte chaque client et les derniers contrats avec eux. Il y a aussi toute la partie livre de recettes, avec les rentrées d’argent qui sont reliées à mes factures, ce qui me permet de savoir de suite les paiements qui sont encore manquants. Pour tout ça, je trouve l’outil vraiment bien fait et utile.

Pour moi, il manquerait encore le fait de pouvoir déclarer plusieurs types d’activités, comme la vente de marchandises. J’espère que cette fonctionnalité va bientôt être ajoutée.

 

Un grand merci à Axel pour ce moment d’échanges autour de son quotidien et ses conseils, on lui souhaite de s’épanouir dans toutes ses activités ainsi qu’une belle carrière d’entrepreneur !

Pour le contacter ou le suivre, c’est par ici :
Son site web
Sa chaine Youtube principale
Sa chaine Youtube dédiée au webdesign
Son profil LinkedIn
Son compte Twitter
Pour retrouver les formations d’Axel, c’est par là : https://www.udemy.com/user/paris-axel/


Thème :
Les articles du même theme :
F.A.Q Freelance - Résumé de l'article

Découvre Freebe.me, l'assistant personnel des freelances
Découvre Freebe.me