Image de couverture
image [Interview Freelance] Charlotte Sault, community manager freelance
Modifié le :
June 24, 2022
Publié le : 
March 11, 2022
Modifié le : 

[Interview Freelance] Charlotte Sault, community manager freelance

Freebe t’emmène aujourd’hui à la découverte d’une freelance spécialisée en community management et créatrice d’une formation en ligne. Aujourd’hui, c’est Charlotte Sault qui accepte de répondre à nos questions et de nous en dévoiler un peu plus sur son activité freelance et sa micro-entreprise.

Si tu réfléchis à te lancer toi aussi en tant que freelance, ou que tu te poses des questions sur ta propre activité, bienvenue dans l’univers de Charlotte !

Hello Charlotte, peux-tu nous présenter ton activité freelance ?

J’ai commencé en tant que community manager freelance spécialisée sur Instagram et Pinterest, n’aimant pas particulièrement les autres plateformes. C’est toujours le cas aujourd’hui. En ce moment, je commence à switcher vers la vente d’une formationet l’accompagnement, plutôt orientés entrepreneur.e.s. Rien n’empêchera de futurs community managers d’apprendre le métier via ma formation, c’est un contenu qui m’aurait moi-même aidée à l’époque. Mais la formation reste plutôt axée sur les entrepreneur.e.s qui cherchent à structurer leurs contenus sur ces réseaux sociaux.

Depuis quand es-tu en micro-entreprise et pourquoi ?

Je suis freelance depuis 1 an et demi, c’est relativement récent et à la fois beaucoup pour moi ! J’ai voulu me lancer car le domaine me plaisait énormément depuis longtemps. Il faut savoir qu’avant d’entreprendre, je faisais des études de droit. C’était très intéressant mais je n’avais pas envie de faire un métier dans ce secteur. J’étais passionnée par les réseaux sociaux et la communication digitale. C’est un domaine que je connaissais bien, j’entretenais un blog lifestyle et je gérais déjà une communauté sur Instagram.

Quand je me suis rendu compte que c’était possible d’en faire mon métier, je me suis dit que c’était une occasion fantastique. J’ai toujours voulu être ma propre patronne, et cette liberté de pouvoir gérer ses horaires ou de travailler d’où on veut me plaisait beaucoup. Il y a aussi le fait de pouvoir évoluer comme on le souhaite. Quand on est salarié en entreprise, on peut vite être bloqué d’une façon ou d’une autre. Bref, l’entrepreneuriat m’offrait plein de possibilités géniales. J’ai suivi mon étincelle et je me suis lancée sans regret !

Qu’apprécies-tu le plus dans ton quotidien de freelance ? Et le moins ?

Ce que j’apprécie le plus en étant freelance, c’est clairement la liberté de choisir mes clientes. Et aussi de pouvoir travailler où je veux et quand je veux. Comme j’en parlais juste avant, c’est aussi pouvoir évoluer vers la direction que je veux, aller où j’ai envie d’aller avec mon activité. C’est exactement ce que je fais en ce moment en allant vers de la formation en ligne, et plus seulement de la prestation de services en community management.

Ce que j’aime le moins... C’est compliqué ! Probablement le fait qu’être freelance n’offre pas une sécurité complète. Il y a toujours une possibilité pour que les clients te disent “salut !” du jour au lendemain, il faut s’y préparer. Il y a aussi des mois qui fonctionnent moins bien que d’autres. C’est le jeu aussi ! On ne peut jamais tout prévoir à l’avance en freelance.

À quoi ressemble ta journée type d’entrepreneure : plutôt organisée ou freestyle ?

C’est rigolo parce que, dans mon entourage, tout le monde pense que je suis hyper organisée. En vérité, oui je suis organisée, j’ai mon espace Notion parfaitement construit dont je suis hyper contente par exemple. Mais sur l’organisation de mes journées, c’est un mix entre freestyle et organisation millimétrée. J’ai des journées pré-définies, je sais que tel jour est consacré à mes clients et tel autre est dédié à mes projets.

Je commence chaque journée en sachant pour qui je travaille. Mais dans une même journée, je m’appuie simplement sur ma liste de tâches et je choisis. Je ne planifie pas vraiment tous les détails à l’avance ni dans un ordre strict, sinon ça me donne l’impression d’être enfermée dans un schéma où je n’ai plus le choix.

Sinon, je me lève assez tôt et je suis très productive le matin. Par contre, l’après-midi c’est plus tranquille, il ne faut pas trop compter sur moi 😂 !

Si tu pouvais donner un conseil à la toi de tes débuts en freelance, ce serait quoi ?

Je me dirais de passer plus rapidement à l’action. Au tout début de ma décision de me lancer en freelance, je me formais beaucoup mais c’était aussi beaucoup de procrastination. J’avais très très peur d’avoir ce fameux premier client. Je me disais que je n’arriverai pas à gérer ce premier client, parce que ça ne m’était encore jamais arrivé. J’ai beaucoup repoussé ce moment-là, jusqu’à paniquer lorsque j’avais des demandes d’informations sur mes services.

Finalement, je me suis rendu compte que ce n’était pas si terrible que ça, et que j’étais capable de très bien gérer un client. Au final, c’est en ayant des vrais clients que l’on se forme le mieux quand on se lance dans l’entrepreneuriat. Mon conseil, c’est de ne pas trop tarder à parler de ses services et passer à l’action !

Ton meilleur conseil pour surpasser le syndrome de l’imposteur quand on se lance ?

Si ça peut nous rassurer nous-mêmes, je dirais qu’il ne faut pas hésiter à se former. Par contre, il ne faut pas non plus tomber dans le réflexe de se former sans cesse sans rien faire d’autre à côté, et finalement ne pas avancer. La formation, ça reste rassurant même si c’est en autodidacte sur le web. Je suis moi-même autodidacte, je n’ai pas de diplômes dans mon domaine d’expertise. Ce qui m’a rassurée, c’est de me dire que je savais déjà ce que j’étais en train de lire dans mes formations. Objectivement, ça démontrait mes compétences dont je n’avais pas forcément conscience.

Ensuite, il faut se faire confiance ! C’est bête, mais les capacités, on les a. On sait ce qu’il faut faire pour bien faire son métier. On a juste peur d’y aller. À partir du moment où on est capable d’apporter quelque chose à quelqu’un, même si c’est juste un peu de valeur, c’est déjà bien. Quand on en sait plus que l’autre personne (donc le client) sur un sujet, on peut lui apporter quelque chose dont il a besoin. On devient légitime à lui apprendre quelque chose ou à l’aider, à créer du contenu pour lui par exemple dans mon cas.

Quels sont tes outils préférés ?

Je suis de la team Notion à fond, cet outil c’est ma vie ! Ensuite, je dirais Canva car je fais tous mes visuels sur cet outil. C’est mon indispensable au quotidien. Je pourrais dire aussi Facebook Creator Studio pour tout ce qui est programmation de contenus, parce qu’il est gratuit et que c’est l’application officielle. Et bien sûr, Freebe !

Comment se passait ta gestion administrative avant Freebe ?

Je n’ai pas eu de gestion administrative avant Freebe ! Tout ce qui est administratif me faisait terriblement peur, et pourtant c’est drôle étant donné que je faisais du droit administratif. J’avais trop peur de faire une bêtise, de ne pas faire les choses correctement, d’oublier des mentions obligatoires sur mes factures, etc. Du coup, j’avais peur qu’on me dise que mon admin’ n’était pas légal. Bref, j’avais peur, y compris de ne pas bien savoir comment organiser tout mon administratif en freelance.

Avec Freebe, c’est hyper clair. Tout est carré, tout est centralisé et facile à retrouver. Je m’étais beaucoup renseignée et j’avais repéré cet outil dès le début. En plus, j’aime bien les outils jolis et c’est le cas avec Freebe. Les autres ne me donnaient pas particulièrement envie, ça ne me donne pas envie de me connecter dessus.

Ton top fonctionnalités sur ton espace Freebe ?

Déjà, la création de factures ! C’est hyper facile, on n’est jamais obligé de tout retaper, y compris au niveau des prestations à inclure. C’est la fonctionnalité basique mais que je trouve géniale. J’aime aussi le fait qu’on puisse faire signer les devis en ligne, c’est dingue même si tous les clients n’ont pas bien compris le principe. Il y en a encore qui l’imprime pour le signer et me le renvoyer, c’est peut-être générationnel ! 😅

L’interface d’accueil est aussi super pratique. On voit où on en est sur le chiffre d’affaires, on a le seuil de TVA affiché, etc. Globalement, ce sont les fonctionnalités que je préfère sur Freebe.

Merci à Charlotte pour sa disponibilité, ses conseils et confidences sur sa vie de freelance. On espère que son expérience t’inspirera de ton côté ! Si tu veux suivre Charlotte ou travailler avec elle, c’est par là :

Son site web
Son compte Instagram


Les articles du même theme :
F.A.Q Freelance - Résumé de l'article

Découvre Freebe.me, le logiciel pour auto-entrepreneur et freelance
Découvre Freebe.me